Nature : Respect de l'environnement

Depuis environ 30 ans, Un Canard sur la Loue suit le fil des saisons : chaque numéro d’une trentaine de pages paraît à l’arrivée du printemps, de l’été, de l’automne et de l’hiver. Sa couverture est en couleurs et présente une photo du Val d’Amour. L’intérieur est en noir et blanc avec des illustrations.

Son comité de rédaction fort d’une douzaine de membres avec un noyau dur de six rédacteurs réguliers, effectue des recherches, des interviews, des rencontres pour donner une information sérieuse sur des sujets qui tournent autour de la nature (faune et flore), de l’histoire locale, du patrimoine (naturel et bâti) et du tissu économique avec la présentation d’une entreprise.

Il est financièrement autonome grâce à ses propres ressources : abonnements et ventes au numéro dans une dizaine de commerces du Val d’Amour. Il ne bénéficie d’aucune aide extérieure, ce qui lui permet une totale liberté pour le choix et le traitement des sujets présentés.

 Le retour des haies
Ces derniers années ont été funestes pour certaines haies du Val d’Amour. À différents endroits et pour diverses raisons. Quelquefois sans raison d’ailleurs. Les marcheurs le constatent, les cyclistes aussi. Les Valdamouriens seraient-ils en retard sur cette nouvelle tendance à remettre les haies à l’honneur ?
Car voici deux exemples entre autres :
- en Haute-Saône, les sociétés de chasse sont subventionnées pour replanter des haies champêtres.
- le Parc Naturel Régional des Boucles de la Seine s’implique depuis vingt ans dans la restauration des haies. Il vient d'établir un bilan qui semble encourageant : 207 km de haies réintroduites, soit 354 743 plants.

Le rôle des haies
La haie, c’est un milieu de vie complexe, un écosystème organisé en différentes strates avec des végétaux et des animaux qui y habitent ou viennent y chercher de la nourriture ou un lieu pour se reproduire (hérissons, mulots, campagnols, lapins, oiseaux, insectes, escargots, orvets …).
La haie sert de relais et de cache pour les oiseaux poursuivis ou fatigués : elle leur permet d'être présents et cachés en même temps et d’ y chanter tranquillement.
Idéales pour séparer deux milieux, les haies trouvent leur place au bord des routes, où elles atténuent les nuisances pour les riverains (déplacement d’air, bruit, odeur, pollution).
En été, grâce à l’ombre que la haie produit, le sol se dessèche moins. En hiver, elle constitue un obstacle au vent froid. Une haie de hauteur variable et pas trop dense, comme une haie champêtre, est de manière générale un excellent brise-vent ! Ainsi, durant toutes les saisons, les températures sont plus agréables et la haie protège efficacement le jardin.

Un peu d’histoire …
Dès le Moyen-âge les forêts ont été déboisées pour faire place aux cultures. Néanmoins, chaque parcelle conservait sur son pourtour, une bande de végétation. Celle-ci permettait de délimiter le terrain. Ainsi sont apparues les haies que nous connaissions avant les remembrements. L’apogée de leur suppression remonte aux années soixante. Lorsque le remembrement à été décidé, c'est plus de 200 000 km de haies qui ont été arrachés. Au niveau mondial, c'est deux millions de kilomètres supprimés.
Hélas, comme beaucoup de choix et d'actions menés à grande échelle, sans prendre garde aux éventuelles conséquences, cette politique d'arrachage fit plus de mal que de bien. Pour cette raison, aujourd'hui, on incite les agriculteurs à replanter des haies.
Depuis 1980, les haies sont redevenues à la mode car on s'est rendu compte que les terres subissaient un problème d'érosion à cause du ruissellement. Et quand est survenue la tempête de 1987, là, plus de doute, des haies coupe-vent auraient été très utiles pour s'opposer aux rafales.

Qu'est-ce qu’une haie champêtre ?
C'est un abri pour la faune, ses couleurs changent au fil des saisons, et surtout elle ne ressemble pas à un mur comme les trop nombreuses haies de thuyas sombres et sans vie.
Une telle haie est constituée de plusieurs espèces (feuillus et persistants de la région) qui permettent d'avoir une floraison sur une grande partie de l'année. À la floraison doivent succéder des fruits (pas forcément comestibles). S'il est nécessaire de la tailler, la taille doit être légère. Les variétés régionales sont privilégiées : le charme, le buis, le noisetier, le troëne, etc. D'autres essences gardent leurs feuilles roussies en hiver : c'est le cas du hêtre. Il faut environ 5-6 ans pour obtenir un beau volume de végétation.

Quelques variétés rustiques :
Aubépine : arbuste à floraison printanière blanche. Attention aux épines.
Buddléia : « l’arbre à papillons » présente des fleurs en longs épis parfumés et convient dans les haies fleuries décoratives.
Cotinus : l’arbre à perruques forme en été des plumeaux vaporeux, mais c’est sa couleur pourpre au printemps et son feuillage doré en automne qui embelliront la haie décorative.
Charme : cet arbre au feuillage marcescent (qui reste en place à la saison de repos végétatif) convient aussi bien en haie libre champêtre qu’en haie taillée de charmille. Tous sols et toutes expositions.
Chèvrefeuille : cet arbuste au parfum extraordinaire peut être placé dans une haie champêtre, il se palisse très bien.
Cognassier du Japon : cet arbuste fleurit dès mars. Il convient particulièrement pour les haies champêtres, mais sa croissance est relativement lente. Attention aux épines !
Corête du Japon : cet arbuste aux pompons jaunes est sans souci ; par contre il est drageonnant.
Cornouiller : drageonnant lui aussi, il convient pour les haies libres champêtres. Son feuillage automnal supporte le soleil et l’ombre.
Deutzia : arbuste aux fleurs blanches. Il convient pour les haies libres fleuries. Nécessite une taille après floraison ; à planter au soleil.
Forsythia : fleurs jaunes. C’est un arbuste de base pour les haies fleuries printanières libres ou taillées. Il est rustique et tolère tous les sols mais préfère le soleil.
Fusain : le feuillage et les fruits du fusain (appelés aussi « bonnet d’évêque ») resplendiront dans une haie décorative champêtre. Une taille de formation est nécessaire pour qu’il s’élargisse.
Lilas : cet arbuste aux fleurs magnifiques et parfumées convient pour les haies moyennes. Bien que rustique, le lilas préfèrera une exposition ensoleillée.
Noisetier : cet arbuste de base dans les haies champêtres porte de longs chatons. Ne pas le tailler à la plantation. Préfère les terres humifères mais pas humides.
Ribes : ce groseillier à fleurs rustique peut s’associer avec le forsythia dans des haies libres ou taillées. À planter en quinconce.
Seringat : cet arbuste rustique dont les fleurs sont très parfumées, conviendra pour des haies larges et libres. Pratiquez une taille douce après la floraison pour éliminer le vieux bois.
Spirée : cet arbuste au port retombant ou étalé convient pour des haies larges et libres. Pratiquer une taille douce après la floraison. À mettre au soleil ou à mi-ombre.
Symphorine : cet arbuste rustique appelé aussi le groseillier des Indiens, convient pour les haies champêtres. Attention, il drageonne à tout va.

Quand les planter ?
C’est le moment, quand le sol n’est pas gelé, et ce jusqu’à fin mars.
Colette Foisy


Le Lorem Ipsum est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l'imprimerie depuis les années 1500, quand un peintre anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réaliser un livre spécimen de polices de texte.

Autre titre...

Le Lorem Ipsum est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l'imprimerie depuis les années 1500, quand un peintre anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réaliser un livre spécimen de polices de texte.