UN CANARD SUR LA LOUE est une revue trimestrielle entièrement réalisée par des bénévoles. Il poursuit son aventure sur le bord de la Loue depuis 25 ans. Tiré à 450 exemplaires, il parle de la vie associative, du patrimoine, de la nature, de l'histoire locale, etc. Ses abonnés sont du Val d'Amour, d'ailleurs et parfois même d'au-delà des océans. Il est pour ses fidèles lecteurs la Vitrine du Val d'Amour. Chaque numéro d’une trentaine de pages paraît à l’arrivée du printemps, de l’été, de l’automne et de l’hiver.

Entreprise - SARL BOILLEY frères - 39380 Santans

On rencontre parfois dans nos villages quelque commerce ou entreprise faisant partie du paysage depuis si longtemps qu’en exagérant à peine tout esprit imaginatif en ferait volontiers remonter l’existence à la nuit des temps. S’il n’en est certes rien c’est pourtant bel et bien une partie de la mémoire de la cité qui a souvent élu domicile dans un lieu devenu une véritable institution. La SARL BOILLEY à Santans est l’exemple même de cette appropriation par l’histoire collective de l’esprit d’entreprendre de plusieurs générations de femmes et d’hommes qui ont marqué la vie locale au point d’en façonner l’âme.
On retrouve des traces de l’implantation d’une entreprise Boilley dans cette paisible bourgade du Val d’Amour dès 1760. Depuis lors sans interruption la famille a perpétué l’exercice d’une activité de fournitures et de services tout d’abord à destination de l’agriculture, puis par la suite également en direction des particuliers. On peut en situer l’histoire récente en 1949 quand Raymond Boilley a repris l’affaire de son grand père Louis. A l’origine il s’agissait essentiellement d’une activité de maréchal-ferrant, forgeron, comme il en existait à l’époque dans chaque village. Le travail consistait principalement dans le cerclage des roues en bois et la réparation de matériel agricole. Dans les années soixante la mécanisation allait ouvrir la voie à l’ère du tracteur.
En 1967 Rolland Boilley commence à travailler avec son père Raymond. Son frère Pascal les rejoint en 1976 et son arrivée marque le démarrage de l’activité « motoculture de plaisance ». En 1989, Raymond accède à une retraite bien méritée et ses deux fils qui prennent la suite créent une SARL, c’est l’entreprise que nous connaissons aujourd’hui qui emploie deux ouvriers. Jusqu’alors située au centre du village occupant alors deux sites de part et d’autre de la route, elle s’installe en 1998 dans les locaux que nos connaissons actuellement ou elle exploite un atelier d’environ 260 m2, un magasin et un hangar de stockage d’approximativement 200 m2 chacun.
Les deux frères s’occupent chacun d’un domaine : Pascal, est responsable de la vente et de la réparation en motoculture de plaisance, Roland quant à lui est le commercial agricole et gère la comptabilité. Les deux activités sont actuellement d’égal niveau, la motoculture connaissant une progression forte et constante. Si en motoculture le matériel neuf représente quelque 90% des ventes, en revanche en matériel agricole, il est à égalité avec le matériel d’occasion. La réparation occupe une place importante, de même que la vente de pièces détachées.
L’entreprise rayonne sur une trentaine de kilomètres autour de Santans et n’a guère de concurrence dans un rayon d’environ 10 Km en motoculture et 20 Km en matière agricole. Elle connaît une activité régulière, sans à-coups. Elle articule principalement son action commerciale autour de ses trois journées de printemps qui se déroulent au cours du dernier week end de mars, ainsi que d’une publicité annuelle par mailing et dans des journaux locaux. Mais la meilleure publicité reste certainement la réputation qui s’exerce de bouche à oreille depuis des décennies. L’entreprise Boilley entendant, en effet, conserver un statut artisanal, privilégie avant tout le contact avec le client. La priorité est donnée à l’homme, à la confiance réciproque : ici pas de paperasserie inutile, on préfère s’occuper principalement d’être à l’écoute du client et satisfaire ses besoins. C’est probablement cela qui explique une grande fidélité qui traverse parfois deux ou trois générations…
L’agriculteur trouve dans cet établissement tous les outils pour tracter, travailler le sol, récolter, faner,…ainsi que le matériel d’étable, de stabulation, des râteliers, des barrières,…des pneus pour tracteur, des batteries,…Les marques usuellement proposées sont Case, Kuhn,…
L’exploitant avisé fait également régulièrement entretenir l’ensemble de son outil de travail.
Pour des surfaces, certes plus modestes, le particulier sera tout d’abord utilement conseillé. Il pourra par suite s’équiper en matériel des marques : Honda, Stihl, Huqvarna,Beal, en tondeuses, tronçonneuses, nettoyeurs haute pression, broyeurs de végétaux,…
et bien entendu le faire entretenir, tout comme s’approvisionner en quincaillerie,en pneus,batteries,… En revanche, il n’est plus possible de faire le plein de carburant, la station que bon nombre de nos lecteurs ont pu connaître ayant fermé en 1999, après le transfert de l’activité dans les nouveaux locaux.
Le fait pour l’entreprise d’avoir deux activités différentes permet globalement un lissage tout au long de l’année, évitant ainsi un caractère saisonnier plus ou moins marqué. Ceci est d’autant plus vrai que la clientèle étale généralement bien sa demande de maintenance, conséquence probable d’une bonne connaissance réciproque, ce qui bien sûr réduit l’attente.
L’entreprise Boilley est un exemple d’évolution dans la continuité, réalisée dans le maintien de certaines valeurs, souvent disparues. Elle a su s’adapter aux besoins sans pour autant céder à la déshumanisation des moyens. Dire que le Val d’Amour a de la chance de posséder des entreprises de cette qualité, cela s’entend.

Bernard Gauthé