UN CANARD SUR LA LOUE est une revue trimestrielle entièrement réalisée par des bénévoles. Il poursuit son aventure sur le bord de la Loue depuis 25 ans. Tiré à 450 exemplaires, il parle de la vie associative, du patrimoine, de la nature, de l'histoire locale, etc. Ses abonnés sont du Val d'Amour, d'ailleurs et parfois même d'au-delà des océans. Il est pour ses fidèles lecteurs la Vitrine du Val d'Amour. Chaque numéro d’une trentaine de pages paraît à l’arrivée du printemps, de l’été, de l’automne et de l’hiver.

Histoire - Charbon de bois à Villers Farlay


À Villers-Farlay, dans le bois cadastré « Les Perrières », à gauche de la route qui conduit à Villeneuve d’Aval, subsistent les carcasses rouillées de chaudrons.

Autrefois ils servaient à la fabrication de charbon de bois. A partir de 1870, la houille a remplacé ce dernier. Mais il fut à nouveau utilisé pendant la seconde guerre mondiale pour pallier le manque de carburant.

La société Peugeot fournissait les chaudrons métalliques, car elle avait besoin de charbon de bois pour ses véhicules à gazogène. C’est l’entreprise forestière Clément Petetin qui en assurait l’exploitation.

Frédéric Génélétti se souvient : « dans les années 1944-1945, le charbon de bois était mis en sacs de papier de 10 kg. Dans des voitures charroyées par des bœufs, le charbon de bois était déposé chez Damelet Henri au Champ de Foire (actuellement la maison Cocagne). Ensuite il était chargé sur des camions puis transporté sur des wagons en gare de Montbarrey ».

Cette activité cessa à la fin de la guerre lorsque le carburant habituel redevint libre.
Colette Foisy
Canard n° 71, été 2004

charbonniers6

chaudron_1